Effets secondaires ventilation

Conseils pratiques

Effets secondaires gênants d’une ventilation nocturne par masque nasal : quelques remèdes.

Survenue d’une plaie sur l’arête du nez :
Si le masque est remis en place le soir sur une croûte qui a commencé à se former au niveau de la plaie, cette croûte va s’humidifier et se ramollir la nuit au contact du masque et la cicatrisation ne pourra pas être obtenue.
 

Remède :

Bouche sèche la nuit :
C’est en général le résultat d’une ouverture de la bouche pendant le sommeil. Cette ouverture de la bouche est favorisée par le relâchement musculaire pendant le sommeil et par la pression de l’air fourni par l’appareil. L’air s’échappe par la bouche et ce courant d’air entraîne un dessèchement de la cavité buccale et ce d’autant plus que l’appareil augmente encore le débit d’air envoyé pour tenter de maintenir une pression efficace malgré la fuite d’air qui apparaît.

Remède :

L’utilisation d’une mentonnière permet de limiter de manière le plus souvent suffisante cette ouverture de la bouche. La mentonnière doit être serrée suffisamment pour gêner (un peu) l’ouverture de la bouche. Pour être efficace son axe doit passer en avant de l’articulation de la mâchoire (l’axe de la mentonnière doit passer juste devant l’oreille).

Obstruction nasale nocturne intermittente :
Ecoulement nasal abondant au débranchement le matin, "le nez coule comme une fontaine" !
C’est là le résultat de l’irritation de la muqueuse nasale par l’air sec amené par l’appareil.

Remède :

Humidifier l’air sortant de l’appareil. Si un humidificateur simple ne suffit pas, on recourt alors à un humidificateur chauffant.

Gène par le bruit et le courant d’air créés par l’orifice de fuite du masque :

La plupart des appareils utilisés pour la ventilation nasale nécessitent un masque muni d’un orifice assurant une fuite permanente qui permet d’évacuer le gaz carbonique rejeté par la respiration évitant ainsi qu’il soit réinspiré. Le bruit et le courant d’air sortant de cet orifice de fuite sont souvent une gêne en particulier pour le conjoint.

Remède :

Utiliser un masque sans orifice de fuite mais associé à un raccord spécifique qu’on interpose entre le masque et le tuyau amenant l’air de l’appareil. Ce raccord spécifique comporte un orifice de fuite remplaçant celui du masque mais plus silencieux et orientant la fuite de l’air dans la direction du tuyau, tout autour de celui-ci, si bien que le conjoint ne risque plus de recevoir l’air dirigé sur lui.
Si un tel raccord spécifique est utilisé, bien veiller à ce qu’il ne soit pas échangé par un raccord ordinaire alors que le masque reste sans orifice de fuite.

Auteurs : Dr O. Reybet-Degat, Dr M. Merati, Dr S. Layka - Service de pneumologie et réanimation respiratoire - CHU Dijon.